Différents aspects de l’inimitabilité du Coran (2)

On voit ainsi que la structure, la forme sphérique de l’écriture coranique est guidée par le souci de rendre compte de tous les aspects. Il n’a pas la linéarité du récit humain que l’on retrouve dans certains livres sacrés, retravaillés par les hommes ordinaires, ni la structure en « édifice » du récit littéraire élaboré, de la fiction romanesque par exemple. « …dans le Livre, Nous n’avons absolument pas omis la moindre chose.. » (6 : 38) ne fait pas seulement référence au contenu du Coran, mais aussi à sa forme, qui est sphérique, qui contient par conséquent toutes les formes. Tout point sur la sphère est le bout d’un rayon par lequel on accède au cœur de la sphère. Grâce à sa forme, le Coran peut offrir à chacun, selon sa capacité, une Voie d’accès au mystère divin, à la foi.

Les qualités de son Excellence ‘Isâ (as) selon le Coran (2)

L’assemblée compte des ignorants, des intempérants et des excessifs et parmi les Banî Isrâ’îl se trouve notamment un groupe qui, sous l’effet de l’ignorance, se livre à l’excès, et accuse la Vierge Maryam (as) d’impureté. Un autre groupe, toujours sous l’effet de l’ignorance, se livre à un autre type d’intempérance en considérant ‘Isâ (as) comme le fils de Dieu. Cependant, depuis son berceau, ‘Isâ (as) met un terme à l’intempérance des exagérateurs par ses paroles énoncées. Cet enfant se met à parler sur l’ordre de Dieu et se présente par les qualités suivantes : 1. Je suis le serviteur de Dieu. 2. Un Livre m’a été donné. 3. Je compte parmi les prophètes (as). 4. Mon être est béni où que je me trouve. 5. Il m’a été recommandé de prier et de payer l’aumône tant que je vivrai. 6. Je suis bon envers ma mère et jamais je ne serai dur avec elle, ni ne me détournerai d’elle. 7. Le jour de ma naissance, le jour de ma mort, et le jour de ma résurrection, je suis l’objet de la miséricorde de Dieu.

Pourquoi s’adresser à autre que Lui ?

"Mon Dieu, (moi) j’ai une demande à T’adresser, pour laquelle mes efforts se sont avérés vains et mon savoir-faire incapable de satisfaire, que mon âme m’a suggéré de présenter à quelqu’un qui [lui-même] présente ses demandes à Toi et qui ne [peut] se dispenser de Toi pour ses demandes – et cela est une erreur des fautifs, un faux-pas des pécheurs..."

Le mariage de l’Imâm ‘Alî et de Fâtima (as)

Il existe des divergences au sujet de la date du mariage de l’Emir des croyants, ‘Alî (as) et de Fâtima (as), fille de l’Envoyé de Dieu (s). Pourtant, avec un peu de perspicacité, nous pouvons probablement lever ce désaccord et unifier les différents hadiths.

La place de Mowlânâ en tant qu’héritage spirituel des Iraniens

Sous le large toit du bazar de Konya, les coups des gros marteaux retentissaient sur l’enclume. Jalâl ad-Dîn Mohammad passait par là accompagné de quelques disciples. Le tintamarre des orfèvres et les coups qui venaient s’abattre sur les pièces d’or lui firent soudain pousser un formidable cri. Il rugit d’extase, et le voici, oubliant la présence de ses compagnons, des marchands du bazar et des passants, qui se mit à tournoyer et à se livrer à une séance d’audition spirituelle (samâ') dont la musique n’était autre que ce même bruit rythmé des hommes au travail. Ses adeptes aussitôt l’imitèrent.

Gnose (‘irfân) et gnostique (‘âref)

Le pilier du savoir gnostique et de la connaissance est donc le savoir touchant à Dieu le Très-Haut, à l’égard de Ses Noms et de Ses Qualités. Si nous voulons faire la lexicologie du terme « gnose », ‘irfân provient de ‘urf, et signifie dans ce cas « connaître, reconnaître, savoir après avoir ignoré ». Par conséquent, l’origine du mot ‘irfân (gnose) est claire, à l’inverse de l’origine du mot « soufi » qui souffre de divergence d’opinions.

Son Excellence l’Imâm Al-Hâdî (as)

La période de l’imâmat de son Excellence Al-Hâdî (as) coïncide avec les sultanats de six dirigeants abbassides, ce qui génère pour lui des conditions particulières. D’une part, l’Imâm (as) doit réaliser sa mission divine dans les conditions étouffantes et intimidantes du pouvoir abbasside. Il doit notamment se tenir en contact avec les compagnons, les amis, et les guider. D’autre part, il est tenu d’accomplir cela de manière à ne pas attiser la sensibilité des dirigeants abbassides.

Formes et modes d’adoration de Dieu

Dans l’approche gnostique, l’adoration est perçue comme une échelle permettant de se rapprocher de Dieu. En rendant un culte à Dieu, les potentialités spirituelles se développent et l’esprit devient peu à peu en mesure de dominer le corps. Dans cette conception, l'adoration est le comportement le plus élevé de l’homme à l’égard du Créateur du monde et elle permet de manifester concrètement son amour et son aspiration à la perfection.

Son Excellence Solaymân (as)

Son Excellence Solaymân (as) est l’un des glorieux prophètes des Banî Isrâ’îl qui, tant sur le plan des dignités matérielles que spirituelles, se trouve sans nul autre pareil au sein de l’histoire des prophètes (as). Son nom est cité seize fois dans le noble Coran. Il compte parmi les intimes du Seuil divin et est très reconnaissant à l’égard de Dieu. C’est un homme savant qui domine la sagesse et le jugement. Il est l’héritier de l’ensemble des dignités de son Excellence Dâwud (as), son père.

Soufi (sûfî) et soufisme (tasawwûf) : essai de définition (1)

Différentes définitions ont été données du soufi et du soufisme. Certains grands noms du soufisme, comme Al-Qushayrî et Abû Hafs al-Suhrawardî ont apporté plusieurs formulations à ce sujet tout en rappelant que chacun donne une définition du soufisme et du soufi en se basant sur ses propres critères, son propre état, et que cela rend impossible d’unifier l’ensemble des définitions. Voici l’expression employée par Suhrawardî : « Les formulations des shaykhs au sujet de la signification du mot soufisme dépassent le millier. Il est donc pénible de les écrire toutes. Cependant, elles diffèrent au niveau du choix des mots, non au niveau du sens. » (Al-Suhrawardî, ‘Awâref al-ma‛âref, p. 24). Nous allons à titre d’exemple reproduire ici quelques-unes de ces définitions.

Photos aléatoire

Masjed Hakim - Ispahan (2) : Mosquée de Koufa (3) : Wâdi as-Salâm - Tombe de Marhûm-e Qâzî (ra) (1) : Mausolée de 'Abol Fazl al-'Abbâs (as) - Karbalâ (3) : Mausolée de l'Imâm 'Alî (as) - Najaf (5) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (26) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (3) : Masjed Hakim - Ispahan (16) : Masjed Hakim - Ispahan (5) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *